Année 2019, Séance 2

La séance d’Antheia de décembre 2018 aura lieu le mercredi 12 de 17h à 19h en salle D513.

Interviendront pour cette séance dédiée au thème Traces, empreintes, vestiges :

Dimitri Mézière :  L’écriture élégiaque des vestigia dans l’œuvre amoureuse et les écrits d’exil d’Ovide

Bénédicte Chachuat :Sur les traces de la Pharsale de Lucain : quels vestiges et quelle méthode pour l’édition ?


Dimitri Mézière :  L’écriture élégiaque des vestigia dans l’œuvre amoureuse et les écrits d’exil d’Ovide

Les vestigia, en tant que traces ou empreintes qui signalent l’absence d’une présence
passée, sont caractérisés par leur nature ambivalente : ils évoquent un être tout en rendant manifeste sa disparition. Cette duplicité propre aux
vestigia fait de l’empreinte laissée par l’être aimé un objet privilégié de l’écriture élégiaque du discidium, expression douloureuse de la séparation des amants. Par sa force évocatoire, l’empreinte de l’autre est source de réminiscence, voire de nostalgie. Dans cette communication, nous chercherons à mettre en lumière la poétique de l’illusion déployée dans le traitement des vestigia au sein des œuvres amoureuses de jeunesse, mais également au sein des écrits d’exil d’Ovide, en examinant comment l’écriture élégiaque de la séparation est réélaborée à travers les souvenirs de Rome convoqués par le poète relégué loin de sa patrie aimée. Il s’agira de s’interroger en particulier sur les fonctions attribuées aux vestigia : productrices d’illusion, les traces servent tantôt à tromper l’autre, font tantôt l’objet d’une mise en garde contre la souffrance qu’elles engendrent, ou sont, au contraire, réévaluées à la lumière de leur vertu consolatoire.

Bénédicte Chachuat :Sur les traces de la Pharsale de Lucain : quels vestiges et quelle méthode pour l’édition ?

L’activité de l’éditeur de textes antiques peut être comparée, à bien des égards, à celle de l’archéologue ou encore du restaurateur d’œuvres d’art. Le critique textuel est en effet confronté à des traces, des vestiges, des empreintes grâce auxquels il cherche à retrouver et restituer au mieux le texte que l’auteur a écrit en son temps.

Dans le cas de la Pharsale, comme dans celui de la très grande majorité des œuvres antiques, le manuscrit autographe de Lucain a été perdu. Les premières traces matérielles du poème qui nous sont parvenues sont des manuscrits fragmentaires du IVème siècle et surtout des manuscrits des IXème et Xème siècles. Comme l’archéologue, l’éditeur doit alors s’efforcer de dater ces vestiges du passé, d’en déterminer la provenance, la valeur, de les mettre en relation, ce qui n’est pas sans poser nombre de problèmes. Quelles méthodes adopter, quels outils utiliser ? Dans ce travail, l’éditeur s’assimile par ailleurs à un enquêteur à la recherche d’empreintes : comment distinguer ce qui est le fait du poète, en l’occurrence Lucain, d’un éditeur ultérieur, d’un copiste distrait, ou encore d’un correcteur ? Tels sont les problèmes que nous pourrons exposer dans un premier temps pour une tradition textuelle, celle de la Pharsale, particulièrement complexe.

Dans notre travail d’établissement du texte de la Pharsale, nous pouvons nous appuyer sur d’autres traces : la tradition indirecte. Il s’agit essentiellement des imitations et des citations de notre poème par d’autres auteurs, antérieurs aux premiers manuscrits. Le traitement de ces sources impose toutefois des précautions méthodologiques que nous développerons dans un second temps.

Lorsque les traces et vestiges du passé ne suffisent plus, l’éditeur se livre à la conjecture. Comment à partir d’un texte corrompu retrouver le texte perdu ? Depuis la période humaniste, nombreux sont ceux qui se sont essayés à cet exercice sur les vers de Lucain. À partir de quelques exemples précis, nous pourrons montrer comment dépasser des vestiges parfois trompeurs du passé, comment effacer les dommages du temps, comme le restaurateur d’œuvres d’art, pour remonter, toujours hypothétiquement, au texte originel.

Année 2019, Séance 1

Le séminaire de doctorants Anthéia a fait sa rentrée le mercredi 14 novembre.

 

Cette année, toutes les séances auront lieu à la Maison de la Recherche (rue Serpente) en salle D 513, le mercredi de 17 à 19h.

 

La première séance a été consacrée au choix des thèmes de l’année à venir et nous a permis d’entendre la communication de Céline Durand intitulée De l’ancienne satire à la dérision philosophique impériale : quelques éléments sur le rire des latins.

 

Année 2018, Séance 2 : Relire l’Antiquité

La prochaine séance du séminaire Anthéia aura lieu mercredi 7 février, à la Maison de la Recherche de Paris Sorbonne. Venez nombreux !

Mathieu Gonzalez, L’influence de Thucydide dans les théories des relations internationales.

L’étude théorique des relations internationales comme une discipline particulière, séparée de l’histoire et de la science politique (ou au moins comme une sous-discipline de la science politique) commence au début du XXè siècle. Depuis lors les théoriciens de cette discipline se caractérisent pour chercher une herméneutique spécifique grâce à la création, l’utilisation et la critique de différents paradigmes qui sont censés permettre comprendre et analyser rationnellement les relations entre les États.

Dans ce cadre théorique, Thucydide joue un rôle essentiel, car il est considéré par presque tous les grands théoriciens comme l’un de leurs précurseurs, ce qui a fait naître un foisonnement de lectures et d’interprétations, le plus souvent en contradiction les unes avec les autres.

Cependant certains théoriciens des relations internationales ont mis en doute cette appropriation, critiquant ces lectures de Thucydide, soit en niant un intérêt quelconque de l’historien athénien pour la discipline, soit en critiquant une lecture partielle de l’Histoire de la Guerre du Péloponnèse qui, selon eux, fait perdre sa richesse au texte.

Cette communication a comme objectif de présenter une généalogie de ces interprétations.

 

Anne Weddigen, La tradition manuscrite des Harmonica de Manuel Bryenne : Histoire d’un best-seller en porte-à-faux

Le texte même des Harmoniques est révélateur de l’absence de délimitation entre les Byzantins et l’âge grec classique, perçu comme simplement le temps de « leurs ancêtres ». La matière de Bryenne puise à toutes les sources qui lui étaient disponibles, depuis Aristoxène de Tarente (IVe siècle av. J.-C., élève d’Aristote) jusqu’à Pachymère, qui nous a laissé un Quadrivium (et donc une section sur la musique) presque contemporain de Bryenne. Cette imbrication d’éléments antiques et byzantins est la source d’une mélecture particulièrement frappante dans l’Occident de la Renaissance. Ce traité se trouve transmis la plupart du temps dans des volumes réunissant tout ou partie de la tradition musicographique grecque, et connaît une explosion du nombre de copies au XIVe siècle. Il est lu à cette époque comme le traité d’harmonie antique le plus accessible, parfois comme un commentaire à Ptolémée. On se proposera d’étudier les éléments pertinents de la transmission du texte et des premières tentatives d’édition, permettant de comprendre comment et pourquoi ce texte a tellement été lu et copié, et comment cela peut éclairer la définition ou perception de l’« antiquité grecque » à la Renaissance.

 

Compte rendu de la séance 15

Voici le compte rendu de la dernière séance du séminaire (mercredi 19 avril 2017), durant laquelle trois doctorants ont présenté un thème de leur recherche :

Chrysavgi ATHANASIOU, « L’évolution des peines et leur mise en application à Byzance : du code Théodosien aux Basiliques »

Simon BRELAUD, « Les circulations des chrétiens de l’empire sassanide (IIIe-VIIe siècles) »

Marine RENAULD, « La clôture de l’espace dans l’Énéide de Virgile : le cas de Didon »

Pour le consulter, cliquez-ici !

Nicolas Preud’homme

Séance 15 : Maîtriser l’espace

La prochaine séance du séminaire Anthéia aura lieu mercredi 19 avril, à la Maison de la Recherche de Paris Sorbonne. Trois chercheurs nous présenteront leur sujet d’étude…

Venez nombreux !

Marine Renauld, sur :– La clôture de l’espace dans l’Énéide de Virgile : le cas de Didon.

Chrysavgi Athanasiou, sur : – L’évolution des peines et leur mise en application à Byzance : du code Théodosien aux Basiliques.

Simon Brelaud, sur :– Les circulations des chrétiens de l’empire sassanide (iiie-viie siècles).

Séance 12 : au cœur et aux marges de l’empire romain

La première séance de l’année académique 2016-2017 aura lieu le mercredi 16 novembre, à la Maison de la Recherche de Paris Sorbonne. Deux chercheurs nous présenteront leur sujet d’étude, au cœur et aux marges de l’empire romain…

premiere-seance

Venez nombreux!

Séance 9 : la notion de stéréotype

Voici sous format PDF la présentation de Marin Glénisson (février 2016), qui répondait à la question : Peut-on parler d’un « stéréotype » des personnages de philosophes dans la littérature impériale gréco-latine ?

Pour charger le document, cliquer ici.

La dernière séance de l’année aura lieu en mai (calendrier).