2019, Séance 5

La prochaine séance d’Antheia aura lieu le mercredi 10 avril. Nous aurons le plaisir d’écouter deux orateurs sur le thème “Masculin/féminin. Expression des minorités”, Kombila Yebe et Clémence Cuvellier.


Kombila Yebe, Sorbonne-Université

« Opposition masculin/féminin dans le vocabulaire de l’injure politique : un éclairage sur quelques types d’injures et leur résonance sémantique. (31. a.C- 68 p.C.) » 

A Rome, les apparences physiques, la voix, la démarche, la pratique de la danse, du chant, de l’épilation et de la parfumerie, ont souvent servi de motif d’injure, notamment dans les contextes d’hostilité politique. Pour les producteurs d’injures, l’homme qui s’illustre par ses aspects cités est dépourvu de sa « masculinité sociale », voire de sa grauitas (sérieux) et de sa dignitas (honneur). Et c’est dans cette optique qu’il faut situer les termes comme « cinaedus », « effeminatum » et « mollitia », qui relèvent ainsi des mots de l’injure qui traduisent formellement une opposition masculin/féminin. Le cinaedus est perçu comme un homme qui perd son identité et son genre. Ce qualificatif désigne un danseur « aux gestes féminins » et dont la danse est une provocation érotique ; ce n’est pas le plaisir qu’il prendrait à assouvir sa passivité sexuelle qui fait du cinaedus un être infâme, mais sa soumission au plaisir de l’autre, aussi bien dans la danse que dans des potentielles relations de prostitution. Il a le physique d’un garçon, ce qui le voue à la pedicatio. A l’inverse, l’effeminatum est d’abord identifiable dans sa « culture de l’extériorité », c’est-à-dire l’apparence qu’il dégage, sa mollitia. Il devait pour cela s’abstenir autant que possible d’une démarche trop lente et trop molle et d’un timbre de voix plein d’affection. Mollitia ne désigne ni l’homosexualité masculine, ni même cette homosexualité passive que certains ont voulu y voir. Même si le plaisir sexuel est incontestablement une composante fréquente. En fait, il ne s’agit jamais d’une forme de sexualité en soi. Mollitia indique plutôt une perte de masculinité définie socialement et non sexuellement, de même que son contraire « effeminatum ».
La présente communication se propose ainsi d’étudier les injures qui marquent fondamentalement une opposition masculin/féminin, leur valeur sémantique ainsi que leur impact politique d’Octavien/Auguste à Néron.

 

Clémence Cuvellier, Sorbonne-Université

« Présences féminines, infantiles et tribales dans le chant 7 de la Johannide de Corippe : un personnel poétique bigarré. »

La Johannide de Corippe, véritable épopée à dimension historique et panégyrique du VIe siècle, rapporte, en huit chants, la tentative de reconquête byzantine de l’Afrique sous Justinien, menée à bien par le général Jean Troglita. Le chant 7, avant-dernier chant de l’œuvre, qui nous intéresse ici plus particulièrement dans le cadre de travaux de recherche visant à éditer, traduire et commenter les 542 vers qui le composent, conte les événements qui se sont déroulés entre l’été 547 et l’été 548, au moment où Jean, envoyé en Afrique pour mater les révoltes berbères de plus en plus importantes depuis 543 et qui sévissaient déjà en 534 _ date de la première insurrection maure _ essuya une lourde défaite et commença à préparer la victoire finale.

Or, dans ce livre septième, au fil des vers, les minorités se montrent, paradoxalement, majoritaires, et instillent dans le texte une coloration toute singulière. En effet, l’unique femme des huit chants de l’œuvre y répand son flot de paroles et de larmes dans un lamento pittoresque, l’unique enfant du héros fait une brève et remarquée apparition en quelques vers bien sentis et les tribus diverses et variées de l’ancien désert de Libye se cumulent, s’accumulent pour laisser transparaître un exotisme tout savoureux.

Ainsi, se poser la question des femmes et autres minorités dans ce livre tout masculin, militaire et byzantin, c’est en interroger le personnel poétique afin de réfléchir sur l’esthétique propre à l’univers du poète, parfois laissé pour compte, qu’est Corippe.

Notre présente communication visera à interroger la présence surabondante et étonnante des minorités dans un texte faisant pourtant l’éloge d’un général byzantin pleinement tourné vers son empire et pleinement soumis à la vénérable figure de Justinien qui sous-tend l’ensemble des vers. En somme, que signifient, révèlent et apportent de telles figures dans un univers qui, souvent, les place au second plan ?

Nous vous attendons nombreux à cette nouvelle séance, qui aura lieu comme d’habitude à 17h, en salle D513 de la Maison de la Recherche!

 

2019, Séance 4

La séance d’Antheia de mars 2019 a eu lieu le mercredi 13. Sont intervenus pour cette séance consacrée à la philosophie ancienne Baptiste Boulinguez-Ambroise et Bernard Cabal.


Baptiste Boulinguez-Ambroise, Sorbonne Université

« L’emploi de foedus dans les Astronomica de Manilius : entre notion philosophique et création poétique. »

        Les Astronomica constituent pour nous à la fois le premier texte en latin traitant d’astrologie et la première œuvre sur le sujet qui nous soit parvenue sous forme poétique. Par conséquent, un double problème se pose d’emblée : premièrement, celui du transfert des sources principalement grecques de notre poète en langue latine. Faisant œuvre didactique, le poète affirme à plusieurs reprises sa volonté de ne pas sacrifier aux contraintes du vers et du plaisir du lecteur la technicité de son sujet. Toutefois, tout transfert d’une langue à l’autre implique un décalage dans les champs sémantiques des termes considérés, susceptible d’être exploité poétiquement. Il s’agit donc aussi, en deuxième lieu, d’étudier la manière dont l’auteur, en poète, s’est saisi de ces possibilités. Comme le prouve l’analyse des occurrences de foedus, ce terme est employé principalement chez Manilius dans deux contextes particuliers : d’une part lorsqu’il s’agit d’affirmer dans une perspective stoïcienne, et en particulier contre Lucrèce, la cohésion universelle du monde, et d’autre part dans le contexte plus technique des aspects du zodiaque pour décrire les relations favorables entre les signes. Nous analyserons donc les termes grecs et latins employés dans des contextes semblables et tenterons de montrer que Manilius, loin d’ignorer le sens juridique originel de foedus, exploite ce nouveau champ sémantique et propose une conception différente de la sphère céleste comme espace sujet à des inimitiés et des conflits, mais pacifié par une volonté divine.

 

Bernard Cabal, Sorbonne Université

« Ephraim al-Naqawah et La porte de la gloire du Seigneur. »

Ephraim al-Naqawah est un philosophe juif du XIVe siècle. Issu d’une grande famille d’érudits installée à Tolède, il dut fuir cette ville après les massacres de 1391, pour finalement s’établir à Tlemcen au Maghreb. 

Dans son ouvrage en hébreu, La porte de la gloire du Seigneur, il répond aux objections de Nahmanide émises à l’encontre de Maimonide. En fait une confrontation entre mystique et philosophie qui connaîtra un long développement et de nombreux avatars, tant dans le judaïsme, l’islam que le christianisme, tout au long du Moyen-Age et jusqu’à l’époque moderne. Il ne s’agit pas à proprement parler de philosophie de l’Antiquité, mais plutôt d’une de ses répercussions. Ces débats sont bien nés de la redécouverte aux Moyen-Age des travaux des philosophes de l’Antiquité.

2019, Séance 3

La séance d’Antheia de février 2019 aura lieu le mercredi 6 de 17h à 19h en salle D513.

Interviendront pour cette séance dédiée au thème “Les dieux et les hommes” et “Le temps” :

Nicolas Preud’homme : “L’Ibérie du Caucase, un creuset religieux de l’Antiquité tardive”

Tristan Isaac : “Annus lunae, annus mundanus, annus uertens (Macr. Sat. 1, 14, 4)”


Nicolas Preud’homme

« L’Ibérie du Caucase, un creuset religieux de l’Antiquité tardive »

Royaume caucasien à la charnière entre le monde romain, le domaine iranien et l’univers sarmate, l’Ibérie se trouvait au point de rencontre de plusieurs dynamiques religieuses. À l’ancien substrat d’un mazdéisme acclimaté au contexte caucasien s’étaient ajoutés les apports du polythéisme gréco-romain, qui véhiculait les signes et les références de la puissance romaine à laquelle les souverains ibères s’étaient alliés depuis la conquête de Pompée. Au troisième siècle de notre ère, des religions missionnaires concurrentes firent leur apparition dans une atmosphère de forte instabilité politique et d’intense bouillonnement spirituel. La politique officielle de christianisation, engagée au quatrième siècle par une partie des élites dirigeantes ibères, résultait de profondes recompositions dans l’identité et le positionnement confessionnel des rois et des princes. L’extrême diversité des matériaux documentaires n’a d’égal que leur caractère parcellaire, dissuadant les tentatives de reconstituer un tableau complet et exhaustif des anciens cultes préchrétiens en Ibérie du Caucase. Cette contribution entend effectuer un état des lieux sommaire des sources et des connaissances sur un ancien polythéisme caucasien profondément réinterprété par les chroniqueurs chrétiens de l’époque bagratide. Les traces d’un héritage religieux préchrétien visibles dans le récit de la conversion officielle de la royauté ibère sont également évoquées. Dans ce creuset religieux de l’Antiquité tardive, l’innovation n’était pas le fait d’une seule religion, et les orthodoxies n’ont pu dissimuler tout à fait le mélange qui les avait fait naître.



Tristan Isaac

Annus lunae, annus mundanus, annus uertens (Macr. Sat. 1, 14, 4)



L’exposé du premier livre des Saturnales de Macrobe consacré au calendrier romain (Sat. 1, 12‑16) constitue le témoignage le plus détaillé et le plus complet dont nous disposions sur le sujet. Pourtant, un certain nombre des informations qui nous y sont transmises nous restent encore obscures.

C’est le cas, notamment, du contenu du paragraphe 4 du chapitre 14, qui concerne les années que le texte appelle lunaire et solaire. Or, il s’avère que Macrobe a écrit un passage parallèle dans son autre œuvre majeure, le Commentaire au Songe de Scipion (In somnium Scipionis). Il y précise qu’il entend le terme « année » dans une acception non pas calendaire mais astronomique : l’année d’un astre correspond ainsi à sa révolution autour de la terre selon le système géocentrique en usage à l’époque et l’expression annus lunae ne désigne pas une année lunaire mais une lunaison.

Le paragraphe des Saturnales qui nous intéresse déroge, en outre, à l’usage traditionnel du syntagme annus magnus, que Macrobe associe à la révolution solaire : de fait, s’il envisage une plus grande année, il ne s’agit pas de celle qui correspond à la révolution de l’ensemble des planètes mais à ce qu’il nomme l’annus mundanus, la révolution du monde, un concept destiné à expliquer le phénomène de précession des équinoxes.

Toutefois, la comparaison des deux extraits, si elle permet d’éclairer le passage des Saturnales, ne nous en confronte pas moins à une nouvelle difficulté : de fait, la formule annus uertens n’est pas associée, dans les deux œuvres, à une seule et même révolution. Sans doute faut-il interpréter cette divergence non pas comme une incohérence dans le système élaboré par Macrobe mais plutôt comme deux états successifs de la pensée de l’auteur, qui nous permettraient de dater les deux œuvres l’une relativement à l’autre.

Année 2019, Séance 2

La séance d’Antheia de décembre 2018 aura lieu le mercredi 12 de 17h à 19h en salle D513.

Interviendront pour cette séance dédiée au thème Traces, empreintes, vestiges :

Dimitri Mézière :  L’écriture élégiaque des vestigia dans l’œuvre amoureuse et les écrits d’exil d’Ovide

Bénédicte Chachuat :Sur les traces de la Pharsale de Lucain : quels vestiges et quelle méthode pour l’édition ?


Dimitri Mézière :  L’écriture élégiaque des vestigia dans l’œuvre amoureuse et les écrits d’exil d’Ovide

Les vestigia, en tant que traces ou empreintes qui signalent l’absence d’une présence
passée, sont caractérisés par leur nature ambivalente : ils évoquent un être tout en rendant manifeste sa disparition. Cette duplicité propre aux
vestigia fait de l’empreinte laissée par l’être aimé un objet privilégié de l’écriture élégiaque du discidium, expression douloureuse de la séparation des amants. Par sa force évocatoire, l’empreinte de l’autre est source de réminiscence, voire de nostalgie. Dans cette communication, nous chercherons à mettre en lumière la poétique de l’illusion déployée dans le traitement des vestigia au sein des œuvres amoureuses de jeunesse, mais également au sein des écrits d’exil d’Ovide, en examinant comment l’écriture élégiaque de la séparation est réélaborée à travers les souvenirs de Rome convoqués par le poète relégué loin de sa patrie aimée. Il s’agira de s’interroger en particulier sur les fonctions attribuées aux vestigia : productrices d’illusion, les traces servent tantôt à tromper l’autre, font tantôt l’objet d’une mise en garde contre la souffrance qu’elles engendrent, ou sont, au contraire, réévaluées à la lumière de leur vertu consolatoire.

Bénédicte Chachuat :Sur les traces de la Pharsale de Lucain : quels vestiges et quelle méthode pour l’édition ?

L’activité de l’éditeur de textes antiques peut être comparée, à bien des égards, à celle de l’archéologue ou encore du restaurateur d’œuvres d’art. Le critique textuel est en effet confronté à des traces, des vestiges, des empreintes grâce auxquels il cherche à retrouver et restituer au mieux le texte que l’auteur a écrit en son temps.

Dans le cas de la Pharsale, comme dans celui de la très grande majorité des œuvres antiques, le manuscrit autographe de Lucain a été perdu. Les premières traces matérielles du poème qui nous sont parvenues sont des manuscrits fragmentaires du IVème siècle et surtout des manuscrits des IXème et Xème siècles. Comme l’archéologue, l’éditeur doit alors s’efforcer de dater ces vestiges du passé, d’en déterminer la provenance, la valeur, de les mettre en relation, ce qui n’est pas sans poser nombre de problèmes. Quelles méthodes adopter, quels outils utiliser ? Dans ce travail, l’éditeur s’assimile par ailleurs à un enquêteur à la recherche d’empreintes : comment distinguer ce qui est le fait du poète, en l’occurrence Lucain, d’un éditeur ultérieur, d’un copiste distrait, ou encore d’un correcteur ? Tels sont les problèmes que nous pourrons exposer dans un premier temps pour une tradition textuelle, celle de la Pharsale, particulièrement complexe.

Dans notre travail d’établissement du texte de la Pharsale, nous pouvons nous appuyer sur d’autres traces : la tradition indirecte. Il s’agit essentiellement des imitations et des citations de notre poème par d’autres auteurs, antérieurs aux premiers manuscrits. Le traitement de ces sources impose toutefois des précautions méthodologiques que nous développerons dans un second temps.

Lorsque les traces et vestiges du passé ne suffisent plus, l’éditeur se livre à la conjecture. Comment à partir d’un texte corrompu retrouver le texte perdu ? Depuis la période humaniste, nombreux sont ceux qui se sont essayés à cet exercice sur les vers de Lucain. À partir de quelques exemples précis, nous pourrons montrer comment dépasser des vestiges parfois trompeurs du passé, comment effacer les dommages du temps, comme le restaurateur d’œuvres d’art, pour remonter, toujours hypothétiquement, au texte originel.

Année 2019, Séance 1

Le séminaire de doctorants Anthéia a fait sa rentrée le mercredi 14 novembre.

 

Cette année, toutes les séances auront lieu à la Maison de la Recherche (rue Serpente) en salle D 513, le mercredi de 17 à 19h.

 

La première séance a été consacrée au choix des thèmes de l’année à venir et nous a permis d’entendre la communication de Céline Durand intitulée De l’ancienne satire à la dérision philosophique impériale : quelques éléments sur le rire des latins.

 

Année 2018, Séance 2 : Relire l’Antiquité

La prochaine séance du séminaire Anthéia aura lieu mercredi 7 février, à la Maison de la Recherche de Paris Sorbonne. Venez nombreux !

Mathieu Gonzalez, L’influence de Thucydide dans les théories des relations internationales.

L’étude théorique des relations internationales comme une discipline particulière, séparée de l’histoire et de la science politique (ou au moins comme une sous-discipline de la science politique) commence au début du XXè siècle. Depuis lors les théoriciens de cette discipline se caractérisent pour chercher une herméneutique spécifique grâce à la création, l’utilisation et la critique de différents paradigmes qui sont censés permettre comprendre et analyser rationnellement les relations entre les États.

Dans ce cadre théorique, Thucydide joue un rôle essentiel, car il est considéré par presque tous les grands théoriciens comme l’un de leurs précurseurs, ce qui a fait naître un foisonnement de lectures et d’interprétations, le plus souvent en contradiction les unes avec les autres.

Cependant certains théoriciens des relations internationales ont mis en doute cette appropriation, critiquant ces lectures de Thucydide, soit en niant un intérêt quelconque de l’historien athénien pour la discipline, soit en critiquant une lecture partielle de l’Histoire de la Guerre du Péloponnèse qui, selon eux, fait perdre sa richesse au texte.

Cette communication a comme objectif de présenter une généalogie de ces interprétations.

 

Anne Weddigen, La tradition manuscrite des Harmonica de Manuel Bryenne : Histoire d’un best-seller en porte-à-faux

Le texte même des Harmoniques est révélateur de l’absence de délimitation entre les Byzantins et l’âge grec classique, perçu comme simplement le temps de « leurs ancêtres ». La matière de Bryenne puise à toutes les sources qui lui étaient disponibles, depuis Aristoxène de Tarente (IVe siècle av. J.-C., élève d’Aristote) jusqu’à Pachymère, qui nous a laissé un Quadrivium (et donc une section sur la musique) presque contemporain de Bryenne. Cette imbrication d’éléments antiques et byzantins est la source d’une mélecture particulièrement frappante dans l’Occident de la Renaissance. Ce traité se trouve transmis la plupart du temps dans des volumes réunissant tout ou partie de la tradition musicographique grecque, et connaît une explosion du nombre de copies au XIVe siècle. Il est lu à cette époque comme le traité d’harmonie antique le plus accessible, parfois comme un commentaire à Ptolémée. On se proposera d’étudier les éléments pertinents de la transmission du texte et des premières tentatives d’édition, permettant de comprendre comment et pourquoi ce texte a tellement été lu et copié, et comment cela peut éclairer la définition ou perception de l’« antiquité grecque » à la Renaissance.

 

Compte rendu de la séance 15

Voici le compte rendu de la dernière séance du séminaire (mercredi 19 avril 2017), durant laquelle trois doctorants ont présenté un thème de leur recherche :

Chrysavgi ATHANASIOU, « L’évolution des peines et leur mise en application à Byzance : du code Théodosien aux Basiliques »

Simon BRELAUD, « Les circulations des chrétiens de l’empire sassanide (IIIe-VIIe siècles) »

Marine RENAULD, « La clôture de l’espace dans l’Énéide de Virgile : le cas de Didon »

Pour le consulter, cliquez-ici !

Nicolas Preud’homme

Séance 15 : Maîtriser l’espace

La prochaine séance du séminaire Anthéia aura lieu mercredi 19 avril, à la Maison de la Recherche de Paris Sorbonne. Trois chercheurs nous présenteront leur sujet d’étude…

Venez nombreux !

Marine Renauld, sur :– La clôture de l’espace dans l’Énéide de Virgile : le cas de Didon.

Chrysavgi Athanasiou, sur : – L’évolution des peines et leur mise en application à Byzance : du code Théodosien aux Basiliques.

Simon Brelaud, sur :– Les circulations des chrétiens de l’empire sassanide (iiie-viie siècles).

Séance 12 : au cœur et aux marges de l’empire romain

La première séance de l’année académique 2016-2017 aura lieu le mercredi 16 novembre, à la Maison de la Recherche de Paris Sorbonne. Deux chercheurs nous présenteront leur sujet d’étude, au cœur et aux marges de l’empire romain…

premiere-seance

Venez nombreux!