Année 2019-2020, Séance 1

La première séance du séminaire Antheia aura lieu
mercredi 13 novembre, de 17h à 19h, en salle D513 à la Maison de la Recherche.
Nous présenterons les objectifs de notre séminaire, choisirons ensemble les thèmes de l’année.

Nous écouterons, par Nicolas Preud’homme, une

Proposition de participation à une traduction grecque de l’ouvrage de Palladios (c.363/364-c.430) en deux livres, intitulé Des peuples de l’Inde et des Brahmanes

ainsi qu’une première communication, par Izold Guegan,

“Les Khenerout: les révélations d’une institution religieuse égyptienne”

Alors que la prêtrise féminine égyptienne a longtemps été perçue comme secondaire par rapport à l’implication des hommes dans la vie religieuse, il apparaît que la place réservée aux femmes dans les pratiques religieuses était en fait bien plus importante pour la société égyptienne. Cette étude jette un nouvel éclairage sur le rôle et l’évolution d’une institution féminine en particulier qui fut un élément incontournable du paysage religieux durant trois millénaires. Considérées auparavant comme des membres du harem du roi, des études plus récentes ont réexaminé leur identité et leur rôle religieux. Désormais, ces femmes désignées par le terme Khenerout, sont considérées comme des danseuses et des chanteuses impliquées dans des rituels associés principalement à la déesse Hathor. La présente étude se fonde sur ces nouvelles interprétations en y ajoutant des données iconographiques et philologiques jusqu’ici omises afin de comprendre comment ce clergé a évolué au fil du temps. L’éventail de l’ensemble des rites et rituels identifiés dans la documentation et auxquels ces officiantes religieuses étaient associées se révèle en réalité bien plus diversifié et plus complexe. L’étude de l’ensemble des représentations de ce clergé contredit nombre des interprétations précédentes et nous interroge sur la manière dont les particuliers et les membres de la famille royale égyptienne faisant l’expérience du sacré dans de nombreux contextes différents. Cette enquête montre que l’implication des femmes dans de nombreux rituels religieux était plus fondamentale qu’on ne le pensait. Il révèle également de nouveaux liens insoupçonnés entre les membres de la famille royale et les roturiers. En outre, cet examen réévalue également le rôle des hommes dans un groupe généralement perçu comme entièrement féminin.

Nous espérons vous voir nombreux à cette première séance! Si vous ne pouvez y assister mais souhaitez proposer des thèmes ou des pistes de réflexions, n’hésitez pas à nous écrire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.