2019, Séance 6

La dernière séance d’Antheia pour l’année scolaire 2018-2019 a eu lieu le mercredi 12 juin. Nous avons eu le plaisir d’écouter deux orateurs sur le thème “Syncrétisme et acculturations”, Baptiste Boulinguez-Ambroise et Nicolas Preudhomme.


Baptiste Boulinguez-Ambroise, Sorbonne-Université : « L’influence de la sphaera barbarica sur les Astronomica de Manilius : aperçu historiographique. »

Le proème du chant V des Astronomica fait pour le lecteur l’effet d’une surprise : au lieu de redescendre sur terre par le traitement des cinq planètes, ainsi qu’il l’avait annoncé à plusieurs reprises, le poète suspend sa course et annonce qu’il restera dans le ciel pour décrire les paranatellonta, ces constellations extra-zodiacales traitées dans leur rapport aux signes du zodiaque et susceptibles d’altérer leurs influences.

F. Boll, dans son ouvrage de 1903, a contribué à définir ce traitement des paranatellonta comme un des éléments caractéristiques d’un genre particulier de la littérature astronomique/astrologique, la sphaera, dont l’ouvrage de Teucros de Babylone aurait constitué un modèle pour nombres d’auteurs postérieurs. Cette étude de la sphaera l’a conduit, selon le modèle de Nigidius, à reconnaître aux côtés de la sphaera graecanica, rassemblant uniquement des constellations d’origine grecque, une sphaera barbarica qui mêle aux constellations grecques des constellations d’origine babyloniennes ou égyptiennes.

F. Boll est ainsi le premier à reconnaître dans le chant V des Astronomica un exemple de sphaera barbarica en identifiant deux constellations comme appartenant à cette sphère particulière. Pour celui-ci, cependant, Manilius, suivant sa source, n’est pas conscient d’emprunter là à un fonds étranger aux représentations purement grecques du ciel.

Depuis un siècle, cette découverte n’a cessé d’être contestée, reprise, élargie, au point que certaines hypothèses veulent désormais y voir un choix délibérément poétique de Manilius. Il s’agira de retracer les grandes lignes de ces débats pour constater que c’est sûrement l’analyse du texte même de Manilius et de son traitement poétique qui permettrait de fonder plus sûrement les hypothèses que la recherche historique des sources a permis de formuler.

 

Nicolas Preudhomme, Sorbonne-Université : « Antiquités caucasiennes : un album de mes voyages en Géorgie aux printemps 2018 et 2019 »

Situées à la charnière de l’Anatolie, de l’Arménie, de la Médie et des steppes eurasiennes, entre mer Noire et mer Caspienne, les sociétés de la Caucasie du Sud ont évolué en intégrant divers apports venus du monde gréco-romain comme des espaces iranophones comprenant non seulement l’Iran, mais aussi les régions aux mains des Alains et des Sarmates en Asie Centrale ainsi qu’au nord du Pont-Euxin. Le territoire de l’actuelle République de Géorgie recouvre plus ou moins les limites de deux anciens pays, la Colchide à l’ouest et le royaume d’Ibérie à l’est ainsi qu’au sud-est. Si l’historiographie nationale de la Géorgie a traditionnellement considéré que ces deux espaces seraient à l’origine même de la nation géorgienne sous sa forme originale et autochtone, les tendances de l’histoire globale et transculturelle réévaluent la part des influences exogènes ainsi que de la complexité politique et linguistique des anciennes sociétés caucasiennes. Pour se rendre compte de ces traces laissées par le temps, l’expérience du terrain demeure absolument nécessaire. Au cours de mes deux premiers voyages en Géorgie, j’ai pu visiter une petite trentaine de musées et une grosse douzaine de monuments et sites archéologiques présentant un intérêt pour l’histoire de l’Antiquité et du Moyen-Âge. Situés pour beaucoup assez loin des principaux centres urbains du pays, ces lieux du patrimoine recèlent plusieurs milliers d’objets et de vestiges dont l’étude scientifique laisse encore à désirer en dehors des frontières de la Géorgie. À ce constat, il faudrait ajouter les sites des territoires séparatistes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud dont l’accessibilité demeure problématique pour les chercheurs occidentaux. Cette présentation, qui ne prétend nullement à l’exhaustivité, offre donc un tour d’horizon de l’état documentaire actuel des antiquités caucasiennes sur le territoire géorgien. Sous la forme d’un commentaire de photographies, de cartes et de guides illustrant le récit de mes itinéraires de voyage, il s’agit de mesurer l’intérêt que présentent ces documents archéologiques pour la recherche, en mettant notamment en avant quelques éléments patrimoniaux aussi remarquables que méconnus au sein de ces collections.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.