2019, Séance 5

La prochaine séance d’Antheia aura lieu le mercredi 10 avril. Nous aurons le plaisir d’écouter deux orateurs sur le thème “Masculin/féminin. Expression des minorités”, Kombila Yebe et Clémence Cuvellier.


Kombila Yebe, Sorbonne-Université

« Opposition masculin/féminin dans le vocabulaire de l’injure politique : un éclairage sur quelques types d’injures et leur résonance sémantique. (31. a.C- 68 p.C.) » 

A Rome, les apparences physiques, la voix, la démarche, la pratique de la danse, du chant, de l’épilation et de la parfumerie, ont souvent servi de motif d’injure, notamment dans les contextes d’hostilité politique. Pour les producteurs d’injures, l’homme qui s’illustre par ses aspects cités est dépourvu de sa « masculinité sociale », voire de sa grauitas (sérieux) et de sa dignitas (honneur). Et c’est dans cette optique qu’il faut situer les termes comme « cinaedus », « effeminatum » et « mollitia », qui relèvent ainsi des mots de l’injure qui traduisent formellement une opposition masculin/féminin. Le cinaedus est perçu comme un homme qui perd son identité et son genre. Ce qualificatif désigne un danseur « aux gestes féminins » et dont la danse est une provocation érotique ; ce n’est pas le plaisir qu’il prendrait à assouvir sa passivité sexuelle qui fait du cinaedus un être infâme, mais sa soumission au plaisir de l’autre, aussi bien dans la danse que dans des potentielles relations de prostitution. Il a le physique d’un garçon, ce qui le voue à la pedicatio. A l’inverse, l’effeminatum est d’abord identifiable dans sa « culture de l’extériorité », c’est-à-dire l’apparence qu’il dégage, sa mollitia. Il devait pour cela s’abstenir autant que possible d’une démarche trop lente et trop molle et d’un timbre de voix plein d’affection. Mollitia ne désigne ni l’homosexualité masculine, ni même cette homosexualité passive que certains ont voulu y voir. Même si le plaisir sexuel est incontestablement une composante fréquente. En fait, il ne s’agit jamais d’une forme de sexualité en soi. Mollitia indique plutôt une perte de masculinité définie socialement et non sexuellement, de même que son contraire « effeminatum ».
La présente communication se propose ainsi d’étudier les injures qui marquent fondamentalement une opposition masculin/féminin, leur valeur sémantique ainsi que leur impact politique d’Octavien/Auguste à Néron.

 

Clémence Cuvellier, Sorbonne-Université

« Présences féminines, infantiles et tribales dans le chant 7 de la Johannide de Corippe : un personnel poétique bigarré. »

La Johannide de Corippe, véritable épopée à dimension historique et panégyrique du VIe siècle, rapporte, en huit chants, la tentative de reconquête byzantine de l’Afrique sous Justinien, menée à bien par le général Jean Troglita. Le chant 7, avant-dernier chant de l’œuvre, qui nous intéresse ici plus particulièrement dans le cadre de travaux de recherche visant à éditer, traduire et commenter les 542 vers qui le composent, conte les événements qui se sont déroulés entre l’été 547 et l’été 548, au moment où Jean, envoyé en Afrique pour mater les révoltes berbères de plus en plus importantes depuis 543 et qui sévissaient déjà en 534 _ date de la première insurrection maure _ essuya une lourde défaite et commença à préparer la victoire finale.

Or, dans ce livre septième, au fil des vers, les minorités se montrent, paradoxalement, majoritaires, et instillent dans le texte une coloration toute singulière. En effet, l’unique femme des huit chants de l’œuvre y répand son flot de paroles et de larmes dans un lamento pittoresque, l’unique enfant du héros fait une brève et remarquée apparition en quelques vers bien sentis et les tribus diverses et variées de l’ancien désert de Libye se cumulent, s’accumulent pour laisser transparaître un exotisme tout savoureux.

Ainsi, se poser la question des femmes et autres minorités dans ce livre tout masculin, militaire et byzantin, c’est en interroger le personnel poétique afin de réfléchir sur l’esthétique propre à l’univers du poète, parfois laissé pour compte, qu’est Corippe.

Notre présente communication visera à interroger la présence surabondante et étonnante des minorités dans un texte faisant pourtant l’éloge d’un général byzantin pleinement tourné vers son empire et pleinement soumis à la vénérable figure de Justinien qui sous-tend l’ensemble des vers. En somme, que signifient, révèlent et apportent de telles figures dans un univers qui, souvent, les place au second plan ?

Nous vous attendons nombreux à cette nouvelle séance, qui aura lieu comme d’habitude à 17h, en salle D513 de la Maison de la Recherche!

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.