2019, Séance 4

La séance d’Antheia de mars 2019 a eu lieu le mercredi 13. Sont intervenus pour cette séance consacrée à la philosophie ancienne Baptiste Boulinguez-Ambroise et Bernard Cabal.


Baptiste Boulinguez-Ambroise, Sorbonne Université

« L’emploi de foedus dans les Astronomica de Manilius : entre notion philosophique et création poétique. »

        Les Astronomica constituent pour nous à la fois le premier texte en latin traitant d’astrologie et la première œuvre sur le sujet qui nous soit parvenue sous forme poétique. Par conséquent, un double problème se pose d’emblée : premièrement, celui du transfert des sources principalement grecques de notre poète en langue latine. Faisant œuvre didactique, le poète affirme à plusieurs reprises sa volonté de ne pas sacrifier aux contraintes du vers et du plaisir du lecteur la technicité de son sujet. Toutefois, tout transfert d’une langue à l’autre implique un décalage dans les champs sémantiques des termes considérés, susceptible d’être exploité poétiquement. Il s’agit donc aussi, en deuxième lieu, d’étudier la manière dont l’auteur, en poète, s’est saisi de ces possibilités. Comme le prouve l’analyse des occurrences de foedus, ce terme est employé principalement chez Manilius dans deux contextes particuliers : d’une part lorsqu’il s’agit d’affirmer dans une perspective stoïcienne, et en particulier contre Lucrèce, la cohésion universelle du monde, et d’autre part dans le contexte plus technique des aspects du zodiaque pour décrire les relations favorables entre les signes. Nous analyserons donc les termes grecs et latins employés dans des contextes semblables et tenterons de montrer que Manilius, loin d’ignorer le sens juridique originel de foedus, exploite ce nouveau champ sémantique et propose une conception différente de la sphère céleste comme espace sujet à des inimitiés et des conflits, mais pacifié par une volonté divine.

 

Bernard Cabal, Sorbonne Université

« Ephraim al-Naqawah et La porte de la gloire du Seigneur. »

Ephraim al-Naqawah est un philosophe juif du XIVe siècle. Issu d’une grande famille d’érudits installée à Tolède, il dut fuir cette ville après les massacres de 1391, pour finalement s’établir à Tlemcen au Maghreb. 

Dans son ouvrage en hébreu, La porte de la gloire du Seigneur, il répond aux objections de Nahmanide émises à l’encontre de Maimonide. En fait une confrontation entre mystique et philosophie qui connaîtra un long développement et de nombreux avatars, tant dans le judaïsme, l’islam que le christianisme, tout au long du Moyen-Age et jusqu’à l’époque moderne. Il ne s’agit pas à proprement parler de philosophie de l’Antiquité, mais plutôt d’une de ses répercussions. Ces débats sont bien nés de la redécouverte aux Moyen-Age des travaux des philosophes de l’Antiquité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.