2019, Séance 3

La séance d’Antheia de février 2019 aura lieu le mercredi 6 de 17h à 19h en salle D513.

Interviendront pour cette séance dédiée au thème “Les dieux et les hommes” et “Le temps” :

Nicolas Preud’homme : “L’Ibérie du Caucase, un creuset religieux de l’Antiquité tardive”

Tristan Isaac : “Annus lunae, annus mundanus, annus uertens (Macr. Sat. 1, 14, 4)”


Nicolas Preud’homme

« L’Ibérie du Caucase, un creuset religieux de l’Antiquité tardive »

Royaume caucasien à la charnière entre le monde romain, le domaine iranien et l’univers sarmate, l’Ibérie se trouvait au point de rencontre de plusieurs dynamiques religieuses. À l’ancien substrat d’un mazdéisme acclimaté au contexte caucasien s’étaient ajoutés les apports du polythéisme gréco-romain, qui véhiculait les signes et les références de la puissance romaine à laquelle les souverains ibères s’étaient alliés depuis la conquête de Pompée. Au troisième siècle de notre ère, des religions missionnaires concurrentes firent leur apparition dans une atmosphère de forte instabilité politique et d’intense bouillonnement spirituel. La politique officielle de christianisation, engagée au quatrième siècle par une partie des élites dirigeantes ibères, résultait de profondes recompositions dans l’identité et le positionnement confessionnel des rois et des princes. L’extrême diversité des matériaux documentaires n’a d’égal que leur caractère parcellaire, dissuadant les tentatives de reconstituer un tableau complet et exhaustif des anciens cultes préchrétiens en Ibérie du Caucase. Cette contribution entend effectuer un état des lieux sommaire des sources et des connaissances sur un ancien polythéisme caucasien profondément réinterprété par les chroniqueurs chrétiens de l’époque bagratide. Les traces d’un héritage religieux préchrétien visibles dans le récit de la conversion officielle de la royauté ibère sont également évoquées. Dans ce creuset religieux de l’Antiquité tardive, l’innovation n’était pas le fait d’une seule religion, et les orthodoxies n’ont pu dissimuler tout à fait le mélange qui les avait fait naître.



Tristan Isaac

Annus lunae, annus mundanus, annus uertens (Macr. Sat. 1, 14, 4)



L’exposé du premier livre des Saturnales de Macrobe consacré au calendrier romain (Sat. 1, 12‑16) constitue le témoignage le plus détaillé et le plus complet dont nous disposions sur le sujet. Pourtant, un certain nombre des informations qui nous y sont transmises nous restent encore obscures.

C’est le cas, notamment, du contenu du paragraphe 4 du chapitre 14, qui concerne les années que le texte appelle lunaire et solaire. Or, il s’avère que Macrobe a écrit un passage parallèle dans son autre œuvre majeure, le Commentaire au Songe de Scipion (In somnium Scipionis). Il y précise qu’il entend le terme « année » dans une acception non pas calendaire mais astronomique : l’année d’un astre correspond ainsi à sa révolution autour de la terre selon le système géocentrique en usage à l’époque et l’expression annus lunae ne désigne pas une année lunaire mais une lunaison.

Le paragraphe des Saturnales qui nous intéresse déroge, en outre, à l’usage traditionnel du syntagme annus magnus, que Macrobe associe à la révolution solaire : de fait, s’il envisage une plus grande année, il ne s’agit pas de celle qui correspond à la révolution de l’ensemble des planètes mais à ce qu’il nomme l’annus mundanus, la révolution du monde, un concept destiné à expliquer le phénomène de précession des équinoxes.

Toutefois, la comparaison des deux extraits, si elle permet d’éclairer le passage des Saturnales, ne nous en confronte pas moins à une nouvelle difficulté : de fait, la formule annus uertens n’est pas associée, dans les deux œuvres, à une seule et même révolution. Sans doute faut-il interpréter cette divergence non pas comme une incohérence dans le système élaboré par Macrobe mais plutôt comme deux états successifs de la pensée de l’auteur, qui nous permettraient de dater les deux œuvres l’une relativement à l’autre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.