Année 2019, Séance 2

La séance d’Antheia de décembre 2018 aura lieu le mercredi 12 de 17h à 19h en salle D513.

Interviendront pour cette séance dédiée au thème Traces, empreintes, vestiges :

Dimitri Mézière :  L’écriture élégiaque des vestigia dans l’œuvre amoureuse et les écrits d’exil d’Ovide

Bénédicte Chachuat :Sur les traces de la Pharsale de Lucain : quels vestiges et quelle méthode pour l’édition ?


Dimitri Mézière :  L’écriture élégiaque des vestigia dans l’œuvre amoureuse et les écrits d’exil d’Ovide

Les vestigia, en tant que traces ou empreintes qui signalent l’absence d’une présence
passée, sont caractérisés par leur nature ambivalente : ils évoquent un être tout en rendant manifeste sa disparition. Cette duplicité propre aux
vestigia fait de l’empreinte laissée par l’être aimé un objet privilégié de l’écriture élégiaque du discidium, expression douloureuse de la séparation des amants. Par sa force évocatoire, l’empreinte de l’autre est source de réminiscence, voire de nostalgie. Dans cette communication, nous chercherons à mettre en lumière la poétique de l’illusion déployée dans le traitement des vestigia au sein des œuvres amoureuses de jeunesse, mais également au sein des écrits d’exil d’Ovide, en examinant comment l’écriture élégiaque de la séparation est réélaborée à travers les souvenirs de Rome convoqués par le poète relégué loin de sa patrie aimée. Il s’agira de s’interroger en particulier sur les fonctions attribuées aux vestigia : productrices d’illusion, les traces servent tantôt à tromper l’autre, font tantôt l’objet d’une mise en garde contre la souffrance qu’elles engendrent, ou sont, au contraire, réévaluées à la lumière de leur vertu consolatoire.

Bénédicte Chachuat :Sur les traces de la Pharsale de Lucain : quels vestiges et quelle méthode pour l’édition ?

L’activité de l’éditeur de textes antiques peut être comparée, à bien des égards, à celle de l’archéologue ou encore du restaurateur d’œuvres d’art. Le critique textuel est en effet confronté à des traces, des vestiges, des empreintes grâce auxquels il cherche à retrouver et restituer au mieux le texte que l’auteur a écrit en son temps.

Dans le cas de la Pharsale, comme dans celui de la très grande majorité des œuvres antiques, le manuscrit autographe de Lucain a été perdu. Les premières traces matérielles du poème qui nous sont parvenues sont des manuscrits fragmentaires du IVème siècle et surtout des manuscrits des IXème et Xème siècles. Comme l’archéologue, l’éditeur doit alors s’efforcer de dater ces vestiges du passé, d’en déterminer la provenance, la valeur, de les mettre en relation, ce qui n’est pas sans poser nombre de problèmes. Quelles méthodes adopter, quels outils utiliser ? Dans ce travail, l’éditeur s’assimile par ailleurs à un enquêteur à la recherche d’empreintes : comment distinguer ce qui est le fait du poète, en l’occurrence Lucain, d’un éditeur ultérieur, d’un copiste distrait, ou encore d’un correcteur ? Tels sont les problèmes que nous pourrons exposer dans un premier temps pour une tradition textuelle, celle de la Pharsale, particulièrement complexe.

Dans notre travail d’établissement du texte de la Pharsale, nous pouvons nous appuyer sur d’autres traces : la tradition indirecte. Il s’agit essentiellement des imitations et des citations de notre poème par d’autres auteurs, antérieurs aux premiers manuscrits. Le traitement de ces sources impose toutefois des précautions méthodologiques que nous développerons dans un second temps.

Lorsque les traces et vestiges du passé ne suffisent plus, l’éditeur se livre à la conjecture. Comment à partir d’un texte corrompu retrouver le texte perdu ? Depuis la période humaniste, nombreux sont ceux qui se sont essayés à cet exercice sur les vers de Lucain. À partir de quelques exemples précis, nous pourrons montrer comment dépasser des vestiges parfois trompeurs du passé, comment effacer les dommages du temps, comme le restaurateur d’œuvres d’art, pour remonter, toujours hypothétiquement, au texte originel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.