Année 2018, Séance 5 : Cérémonies religieuses

La séance d’Antheia de mai 2018 aura lieu le mercredi 16 de 17h à 19h en salle D513. Interviendront pour cette séance dédiée aux cérémonies religieuses :

Laura Favreau : Les cénotaphes en Grèce

Cindy Pichon : Recherches sur les fleurs et les feuillages du monde religieux dans l’Antiquité gréco-romaine (VIIIe siècle avant J.-C-IIIe siècle après J.-C)


Laura Favreau : Les cénotaphes en Grèce

Sur certains monuments funéraires grecs, l’épitaphe annonce qu’aucun corps n’y est enterré ; parfois, elle décrit les circonstances de la mort du défunt, qui n’ont pu que mener à la disparition de son corps : ces monuments, qui prennent la forme d’une tombe, sont des cénotaphes, des tombeaux vides. Parfois, rien ne permet de les distinguer de sépultures normales : les sources littéraires mentionnent des cénotaphes que rien d’autre ne permet d’identifier comme tels, et donnent quelques indications sur les circonstances de leur érection.

On trouve les premières mentions de cénotaphes chez Homère et les premiers monuments attestés par l’archéologie remontent au VIe siècle. Érigés quand le corps a disparu ou est inaccessible, ils peuvent servir de support aux rituels funéraires pour éviter au défunt de rester sans sépulture et sans honneurs. Substituts à la tombe mais parfois également redoublement, supports d’un culte ou simples lieux de commémoration pour les proches, exaltant la gloire du défunt ou faisant allusion à une mort peu glorieuse, les cénotaphes permettent d’interroger les rituels funéraires grecs par ce qui en constitue un cas limite.

Notre enquête porte donc sur les circonstances dans lesquelles on érigeait ce type de monument, sur la forme qu’ils prenaient, notamment s’ils étaient identifiables comme tels ou pas, ainsi que sur les rites dont ils pouvaient être le support. En croisant sources littéraires, épigraphiques et archéologiques, nous voyons une évolution se dégager de l’époque archaïque à l’époque hellénistique : de monuments exceptionnels érigés pour des notables, il semblerait que les cénotaphes deviennent de plus en plus courants et prennent des formes plus modestes, pour des personnages moins exceptionnels, témoignant peut-être d’une banalisation de ce type de monument et des rites qui accompagnent leur érection.

 

Cindy Pichon : Recherches sur les fleurs et les feuillages du monde religieux dans l’Antiquité gréco-romaine (VIIIe siècle avant J.-C-IIIe siècle après J.-C)

Rose, narcisse, lis et bien d’autres plantes encore sont autant de fleurs qui incarnent le printemps, la joie et aussi l’amour ! Aussi, depuis la haute Antiquité, les Anciens les utilisent dans la sphère privée mais également dans le monde public. Les fleurs associées très tôt aux mythes fondateurs sont chantées dans les épopées homériques puis par des poètes grecs et latins à l’image de Pindare, Ovide ou encore Virgile et ce, jusqu’au IIIe-IVe siècle. Mais appropriées par les hommes pour honorer les divinités, les plantes foliaires et florales sont décrites par les botanistes et les encyclopédistes tels que Théophraste ou Pline l’Ancien. De plus, depuis l’aube des temps, les plantes sont connues pour leurs usages dans les parfums, pour leurs propriétés médicinales et culinaires. Mais dans cette étude, il s’agit de s’intéresser à la plante elle-même à partir de ses origines mythologiques qui ont conduit les Anciens à l’utiliser dans les cérémonies religieuses qui sont, au demeurant, multiples : ornements, offrandes, récompenses. Fortement imprégnées de symbolisme, les plantes foliaires et florales sont ainsi intégrées dans les rites et les pratiques religieux mais aussi dans les festivités et les concours du monde gréco-romain.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *