Année 2018, Séance 3 : Temps ; Éloge et blâme

Le séminaire Antheia du mois de mars aura lieu le mercredi 14 mars de 17h à 19h en salle D513. Interviendront pour cette séance spéciale dédiée au programme des classes préparatoires :
Céline Durand : Sénèque et les Empereurs : entre éloges dithyrambiques et blâmes sans pitié, une position philosophique difficile?
Anne Lemerre – Louërat : Du temps qu’il fait au temps qui passe : les présages dans la poésie des météores, de l’Humanisme latin à la Pléiade

Céline Durand : Sénèque et les Empereurs : entre éloges dithyrambiques et blâmes sans pitié, une position philosophique difficile?

 

A partir de deux textes en marge de l’œuvre philosophique de Sénèque, la Consolation à Polybe et l’Apocoloquintose, nous étudierons les difficiles rapports de Sénèque aux Empereurs, à Claude surtout, mais aussi à Caligula et Néron. Il ne s’agit pas simplement de faire un état historique de la place politique de Sénèque das l’Empire, mais plutôt de voir comment, malgré des œuvres qui semblent se concentrer sur le blâme ou l’éloge du Prince, Sénèque parvient à mettre au jour toutes les subtilités du rapport philosophique au pouvoir, tout en essayant d’établir un système de pensée dans lequel l’action politique morale reste prioritaire.

 

Anne Lemerre – Louërat : Du temps qu’il fait au temps qui passe : les présages dans la poésie des météores, de l’Humanisme latin à la Pléiade

 

À la Renaissance, la poésie savante héritée des Anciens trouve un nouveau souffle sous la plume des humanistes. Le ciel, par sa beauté et sa régularité, devient un champ d’investigation privilégié pour les poètes. On voit apparaître aussi un genre spécifique : la poésie des météores. Proche de la poésie du ciel, elle repose cependant sur des objets inconstants, imprévisibles. Poésie de l’instable, elle s’inscrit dans une démarche ordonnatrice, qui veut expliquer les phénomènes, et leur donner une place.
Les météores y sont envisagés comme des signes : qu’ils annoncent un orage violent ou un malheur à venir, leur interprétation fait passer le lecteur d’une logique spatiale à une logique temporelle. Entre accident et phénomène naturel, le météore pose la question de l’ordre dans le cosmos, il témoigne de la volonté humaine et poétique de rationaliser le monde dans un double rapport temporel et causal.
On se proposera de montrer que, dans la poésie de la Renaissance, le météore est un signe que l’on lit et que l’on interprète, dans un rapport étroit au texte poétique lui-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *