Année 2018, Séance 2 : Relire l’Antiquité

La prochaine séance du séminaire Anthéia aura lieu mercredi 7 février, à la Maison de la Recherche de Paris Sorbonne. Venez nombreux !

Mathieu Gonzalez, L’influence de Thucydide dans les théories des relations internationales.

L’étude théorique des relations internationales comme une discipline particulière, séparée de l’histoire et de la science politique (ou au moins comme une sous-discipline de la science politique) commence au début du XXè siècle. Depuis lors les théoriciens de cette discipline se caractérisent pour chercher une herméneutique spécifique grâce à la création, l’utilisation et la critique de différents paradigmes qui sont censés permettre comprendre et analyser rationnellement les relations entre les États.

Dans ce cadre théorique, Thucydide joue un rôle essentiel, car il est considéré par presque tous les grands théoriciens comme l’un de leurs précurseurs, ce qui a fait naître un foisonnement de lectures et d’interprétations, le plus souvent en contradiction les unes avec les autres.

Cependant certains théoriciens des relations internationales ont mis en doute cette appropriation, critiquant ces lectures de Thucydide, soit en niant un intérêt quelconque de l’historien athénien pour la discipline, soit en critiquant une lecture partielle de l’Histoire de la Guerre du Péloponnèse qui, selon eux, fait perdre sa richesse au texte.

Cette communication a comme objectif de présenter une généalogie de ces interprétations.

 

Anne Weddigen, La tradition manuscrite des Harmonica de Manuel Bryenne : Histoire d’un best-seller en porte-à-faux

Le texte même des Harmoniques est révélateur de l’absence de délimitation entre les Byzantins et l’âge grec classique, perçu comme simplement le temps de « leurs ancêtres ». La matière de Bryenne puise à toutes les sources qui lui étaient disponibles, depuis Aristoxène de Tarente (IVe siècle av. J.-C., élève d’Aristote) jusqu’à Pachymère, qui nous a laissé un Quadrivium (et donc une section sur la musique) presque contemporain de Bryenne. Cette imbrication d’éléments antiques et byzantins est la source d’une mélecture particulièrement frappante dans l’Occident de la Renaissance. Ce traité se trouve transmis la plupart du temps dans des volumes réunissant tout ou partie de la tradition musicographique grecque, et connaît une explosion du nombre de copies au XIVe siècle. Il est lu à cette époque comme le traité d’harmonie antique le plus accessible, parfois comme un commentaire à Ptolémée. On se proposera d’étudier les éléments pertinents de la transmission du texte et des premières tentatives d’édition, permettant de comprendre comment et pourquoi ce texte a tellement été lu et copié, et comment cela peut éclairer la définition ou perception de l’« antiquité grecque » à la Renaissance.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *