Compte rendu de la séance 3

Le thème de cette troisième séance portait sur la transmission des savoirs, les sources et les modèles dans l’Antiquité.

Intervenants :

  • J. Desiderio, Les modèles littéraires chez les grammairiens latins : les exemples dans les fragments de Flavius Caper.

  • R. Cytermann, Le projet pédagogique de Sénèque le père et la transmission du savoir rhétorique dans Les Controverses.

1. Introduction

V. M. présente les intervenantes de la séance : J. Desiderio est en 1e année de thèse, sous la direction de M. A. Garcea (« La notion d’archaïsme chez les grammairiens latins, avec une édition commentée de l’œuvre fragmentaire de Fl. Caper»). R. Cytermann est en 3e année de thèse, sous la direction de M. C. Lévy (« La construction de l’Histoire de l’éloquence romaine à l’époque impériale »), toutes deux sont rattachées à l’EA 4081 : « Rome et ses renaissances : Arts, archéologie, littératures, philosophie ».

2. J. Desiderio, Les modèles littéraires chez les grammairiens latins : les exemples dans les fragments de Flavius Caper.

2.1. Résumé

J. D. commence sa présentation en définissant les notions de latinitas et d’auctoritas. La latinitas est définie par Varron comme le fait de parler correctement la langue parlée dans Rome. L’auctoritas est l’une des quatre catégories sur lesquelles repose la réflexion philosophique sur le langage dans l’antiquité (la nature, l’analogie, l’usage (consuetudo) et l’autorité. L’opinion la plus répandue est qu’il existe naturellement un « stock » de mots que les hommes ont enrichi en créant des formes nouvelles par analogie. Le grammairien Varron insiste sur le rôle de l’autorité parmi les règles du langage, qu’il considère comme le dernier recours quand on ne peut expliquer une forme ni par l’analogie ni par l’usage. Pour Quintilien, il faut aussi prendre en compte l’ancienneté (uetustas) qui confère une certaine majesté à la langue latine. J. D. s’interroge ensuite sur les auteurs qui faisaient autorité pour les grammairiens latins et fait remarquer que le canon des auctores a évolué au fil du temps (d’Ennius à Virgile). Néanmoins, l’autorité est essentielle dans l’enseignement de la grammaire qui repose sur l’apprentissage des règles (recte scientia loquendi) et le commentaire des auctores (poetarum ennaratio). Le corpus des exemples grammaticaux qui nous est parvenu est très varié car le but de ces grammaires est aussi de décrire la langue. Les ouvrages citent donc aussi des auteurs de genres mineurs et d’ouvrages techniques.

Dans un second temps, J. D. propose une présentation de Flavius Caper, grammairien de la fin du IIe siècle, auteur d’un De Latinitate et un De Dubiis Generibus. Il n’est connu que par des citations d’auteurs ultérieurs, notamment Priscien. A son époque, la langue latine traverse une tendance archaïsante, et Caper semble proposer un traité de « linguistique descriptive » qui recense les formes rares présentes dans les textes depuis les origines de la littérature latine jusqu’à son époque. Ses ouvrages sont donc intéressants pour notre connaissance de l’état de la langue au IIe siècle après J.-C. Parmi les 175 fragments d’auteurs que J. D. a relevé dans les œuvres de Caper, les auteurs du canon classique (Virgile, Cicéron, Térence…), sont les plus représentés. Caper cite également beaucoup d’auteurs de l’époque archaïque, ce qui semble indiquer un intérêt particulier pour cette période.

J. D . finit par évoquer un certains nombre de problèmes méthodologiques lié à son sujet de thèse : la fiabilité des exemples ne va pas de soi car les grammairiens citent souvent les auteurs de mémoire et parfois de manière fautive. Pour F. Caper il est en outre difficile de savoir si l’erreur provient de Caper lui-même ou du grammairien qui le cite. Enfin, il faut se demander pourquoi certains auteurs ont été retenus et pas d’autres. L’étude de ce corpus est importante car elle donne un vaste aperçu de ce qui était enseigné chez les grammatici, d’autant plus que de nombreux grammairiens ont ensuite pris F. Caper pour modèle.

2.2. Discussions.

On s’interroge sur l’articulation qui existait entre le concept de natura et celui d’auctoritas qui semble de plus en plus pris pour référence. J. D précise qu’en réalité c’est l’usage qui semble primer pour les grammairiens. Interrogée sur le concept de latinitas, elle explique qu’il faut être conscient qu’il s’agit de la langue parlée par les Romains lettrés de Rome, qui font constamment référence à une langue « pure » parlée par les anciens de l’époque des Scipions (cf. Cicéron, Brutus §258). Sur la question des manuscrits de grammairiens conservés, J. D. explique qu’il s’agit de manuscrits, écrits pour la plupart entre le VIIe et le XIe siècles, ayant transmis des traités entiers, regroupés par H. Keil dans le corpus des Grammatici Latini, disponible en ligne (Corpus grammaticorum Latinorum : http://kaali.linguist.jussieu.fr/CGL/text.jsp).

3. R. Cytermann, Le projet pédagogique de Sénèque le père et la transmission du savoir rhétorique dans Les Controverses.

3.1. Résumé

R. C. aborde la question de la rhétorique romaine et de la déclamation, genre d’origine scolaire. Sénèque le Père est l’auteur de controverses et de suasoires dans lequel il recense plusieurs sujets de déclamation et montre comment les déclamateurs les ont traités. Elle propose un résumé de l’état d’avancement de sa thèse et de la recherche actuelle dans son domaine. La déclamation a été l’objet de nombreuses critiques dans l’antiquité à cause de son caractère artificiel. La rhétorique a été réhabilitée dans la deuxième moitiés du XXe siècle et a connu un regain d’intérêt. La recherche aujourd’hui souligne les points de contacts entre l’univers de la déclamation et les réalités sociales romaines. Certains y voient un accès à tout un univers mental. D’autres auteurs perçoivent la déclamation comme un objet littéraire avec ses règles propres, elle constituerait une des formes de la littérature narrative de divertissement. Pendant longtemps, seuls les passages biographiques des préfaces ont été jugés dignes d’intérêt. De plus en plus, on s’intéresse, notamment pour Sénèque le Père, à l’œuvre dans sa globalité. Le rôle et la place de Sénèque le Père dans l’élaboration de l’éloquence latine mérite donc d’être redéfinie. Il décrit les pratiques oratoires et les orateurs romains dans le prolongement du Brutus de Cicéron. Mais l’ouvrage frappe par l’étrangeté de sa forme, il est sans exemple dans la tradition rhétorique.

En particulier, il met en avant la transmission comme exercice mémoriel : Sénèque au seuil de la vieillesse veut transmettre de mémoire ce qu’il a retenu, pour sauver de l’oubli les déclamateurs qu’il a connus. Sa motivation principale est le plaisir de faire revivre le passé mais aussi l’utilitas puisqu’ il déclare vouloir servir la collectivité. Son projet est didactique : le texte est adressé à son fils et il entend remédier au déclin de l’éloquence en proposant l’imitation des déclamateurs anciens à qui il cherche à attribuer avec exactitude la paternité de leurs citations.

R.C. souligne la singularité de l’œuvre de Sénèque le Père dont l’écriture est peu contrainte et dont l’ambition est de développer l’esprit critique chez son lecteur en renouvelant constamment son intérêt. R.C. expose ensuite quelques réflexions sur la construction de l’ouvrage, éclaté et fragmentaire qui ressemble plus à un recueil d’extraits qu’à une réflexion continue. Elle termine en montrant que Sénèque le Père a une position ambiguë sur la déclamation, il admet malgré tout que le goût moderne présente un intérêt esthétique et qu’on ne peut plus évaluer les performances oratoires comme autrefois car l’auditoire a de nouvelles attentes.

3.2. Discussions

On interroge R.C sur l’influence de Sénèque le père sur son fils. Sénèque reprend la méthode des sententiae mais on ne peut être sûr de sa position sur la déclamation dans la mesure où il n’y a pas, dans ses œuvres, de réflexion sur ce thème. Sur la question du caractère normatif du texte de Sénèque le Père, elle explique que la formulation de la norme est implicite et qu’elle passe surtout par le contre-exemple. Enfin, elle apporte des précisions sur la notion de colores : il s’agit de la façon dont chaque déclamateur choisit de justifier l’action de tel ou tel personnage. Les colores permettent de faire varier en tous sens le réel.

4. Débats et conclusion

Grâce à deux très intéressantes interventions portant sur des domaines apparemment sans liens entre eux : l’étude des traité grammaticaux et l’histoire de la déclamation et des déclamateurs, on a pu s’interroger avec profit sur la question de la transmission des savoirs. Plus que jamais, il est apparu qu’à travers le choix d’exemples grammaticaux par les grammairiens chargé de décrire l’état de la langue de leur époque, comme à travers le choix de Sénèque le Père de transmettre à la postérité le souvenir des prestations d’un déclamateur plutôt que d’un autre, les latins avaient érigé en principe de vie la référence aux anciens. Celle-ci pouvait se faire de manière normative, à travers la classification des faits de langue, mais aussi de manière plus informelle comme en témoigne l’œuvre originale de Sénèque le Père.

Rapporteur : F. Cailleux

Nous espérons vous voir nombreux à la prochaine séance, le jeudi 16 avril.

Compte rendu de la séance 2

La deuxième séance du séminaire a porté sur les thèmes de l’économie des cités antiques et, suite à la première séance, de littérature et société.

Intervenants :

  • Valentina MUSSA : Réalités religieuses locales et contrôle de la polis : «Aspects sociaux et économiques de la vie religieuse dans l’Athènes classique et hellénistique»

  • Eugénie HERBRETEAU : Les récits de rêves comme source d’histoire sociale

1. Introduction

Le jeudi 19 février Valentina Mussa est intervenue sur le thème : L’économie des cités antiques et ensuite Eugénie Herbreteau sur le thème : Littérature et société, communication initialement prévue le 29 janvier. Fanny Cailleux a introduit la séance en présentant Valentina Mussa, doctorante contractuelle en 1e année de thèse à l’ED1, sous la direction de Mme Marie-Christine Marcellesi (« Les aspects sociaux et économiques de la vie religieuse dans l’Athènes classique et hellénistique ») et Eugénie Herbreteau, doctorante en 3e année de thèse à l’ED1 sous la direction de M. Alain Billault (« Les récits de rêves dans les récits biographiques et autobiographiques grecs de l’époque impériale »).

2. Réalités religieuses locales et contrôle de la polis : « Aspects sociaux et économiques de la vie religieuse dans l’Athènes classique et hellénistique » par V. MUSSA

Au cœur du projet de recherche de V. M. se situe l’analyse des aspects sociaux, économiques et financiers liés aux pratiques cultuelles et à la gestion des principaux sanctuaires d’Athènes et de l’Attique. Son étude prend en compte la vie économique des sanctuaires: leurs revenus et leur dépenses, les offrandes des biens consacrés aux Dieux, les taxes prélevées pour certains actes rituels ainsi que les frais d’entrée dans certains lieux sacrés, les amendes qui sanctionnaient les sacrilèges et les infractions aux lois et la dimension économique des fêtes religieuses. L’étude de la place occupée par l’argent monnaie dans les panégyries et parmi les biens consacrés amène à confronter la pratique de la thésaurisation des richesses consacrées avec leur exploitation simplifiée par l’apport de la monnaie. Enfin, trouve également place dans la recherche l’analyse du cadre institutionnel lié à l’administration des sanctuaires impliquant différentes séries d’ administrateurs religieux et civiques. L’étude couvre trois siècles, du Vème au IIIème siècle avant J.-C., pendant lesquels on peut suivre les évolutions de la vie économique des sanctuaires en lien avec les événements majeurs de l’histoire politique et sociale de la cité. V.M se propose notamment d’examiner les méthodes et la politique de gestion adoptées par la polis ainsi que l’extension réelle d’une telle gestion et du contrôle de la cité sur ses lieux sacrés, urbains et extra urbains. Il convient aussi de prendre en compte les interventions d’autres acteurs (dèmes et associations cultuelles privées) dans la gestion des cultes et des lieux sacrés. La vie religieuse d’Athènes et de l’Attique était en effet complexe et plurielle du fait de l’existence de nombreuses formes de sanctuaires différents sur l’ensemble du territoire athénien. V.M. insiste notamment sur la variété des statuts des sanctuaires présents à l’intérieur du territoire des dèmes attiques en analysant à la fois des sources littéraires et des inscriptions. Elle attire l’attention sur le rôle du démarque et des fonctionnaires qui lui sont subordonnés dans l’administration religieuse, sur les diverses sources de revenus des sanctuaires (par exemple la location de terre) ainsi que sur l’organisation des fêtes religieuses locales et civiques. V.M. donne l’exemple de plusieurs sanctuaires d’importance régionale où se déroulaient des activités culturelles communes à plusieurs communautés. Ces communautés religieuses, constituées par un nombre réduit de dèmes et réunies généralement autour du sanctuaire d’une divinité principale, prennent le nom d’associations régionales. Elles étaient probablement les dernières représentantes d’une constellation de différentes associations cultuelles archaïques présentes en Attique et pour la plupart disparues après la réforme administrative de Clisthène et la subséquente division du territoire en dèmes et en trittyes. Les associations régionales n’étaient pas des groupes institutionnalisés, c’est-à-dire des unités administratives ou politiques reconnues par la polis, mais des associations religieuses de tradition antique (par exemple Tetrapolis Marathon, Tetrakomie du Phalère, les Epakreis, etc.). La documentation présentée dans la communication nous a permis de commencer à apprécier la pluralité des formes et des intervenants actifs dans la gestion des sanctuaires à Athènes et dans les dèmes de l’Attique sur lesquels le gouvernement de la cité, même en essayant de les regrouper sous sa supervision centrale, ne pouvait exercer un contrôle total.

3. Les récits de rêves comme source d’histoire sociale, par E. HERBRETEAU

E. H. divise son intervention en deux parties différentes. Dans un premier temps, elle évoque les problèmes méthodologiques liés à l’étude des récits de rêve dans la littérature grecque. Tout d’abord, compte tenu de la grande variété de termes utilisés pour désigner le rêve en grec ancien, le chercheur est confronté à des difficultés de traduction : le sens de ces termes n’est pas toujours clair et il est souvent impossible de trouver un correspondant exact en français. De plus, le rêve est un phénomène subjectif dont la retranscription par écrit pose problème. On s’interroge également sur la place de l’intertextualité et l’influence des conventions littéraires dans les récits de rêve. Enfin, il paraît pertinent de se demander si l’on peut considérer les récits de rêves littéraires comme des témoignages sur l’expérience onirique réelle des Grecs. Dans un second temps, elle étudie l’exemple des Oneirocritica d’Artemidoros comme source d’histoire sociale.

Les rêves dans la société grecque constituent un mode de divination même pour des décisions politiques mais également une pratique médicale (dormir dans des sanctuaires permettait de faire des rêves qui donnaient des indications aux médecins pour guérir le malade). En outre, dans la littérature grecque les rêves jouent un rôle important.

Continuum de vision : La conception des rêves a évolué au fil du temps et elle n’est pas unifiée dans la société grecque (la perception des rêves dans l’épopée se trouve encore dans la tragédie grecque ; Platon et Aristote ont développé une véritable physiologie du rêve en lui attribuant une origine externe (Aristote) ou interne (Platon) ; Galien pour sa part le considère en tant que symptôme, etc.).

 Artemidoros, interprète des rêves au IIIe siècle après J.-C. a rédigé un manuel d’interprétation des rêves en 5 livres, un recueil qu’il adresse à son fils –l’ensemble de tout ce qu’il a appris après ses voyages. Il a dresse une typologie complexe des rêves, par exemple il divise les rêves divinatoires entre ceux qui ont besoin d’interprétation (rêves allégoriques) et d’autres qui présentent le devenir directement (rêves théorématiques). Dans les quatre premiers livres, Artemidoros présente un exposé de sa méthode d’interprétation, ainsi qu’une liste de symboles oniriques associés à leur interprétation. Dans le cinquième livre il évoque des récits de rêves et leur réalisation pour prouver son autorité et l’efficacité de sa méthode. Pour l’interprétation des rêves, Artemidoros prenait en compte divers paramètres concernant le rêveur (sexe, âge, rôle social, métier, composition de la famille, etc.). La présentation des symboles et des sens qui leur sont donnés donne des informations intéressantes dans une perspective d’histoire sociale : les Oneirocritica renseignent ainsi sur les connotations associées aux différents métiers, sur la persistance de pratiques de l’époque classique comme l’éphébie, sur les relations hommes-femmes (notamment sexuelles) et sur des realia de l’Empire Romain comme les jeux du cirque ou la symbolique des différentes nuances de pourpre.

Ainsi, E. H. en présentant des nombreux témoignages a montré que le traité d’Artemidoros constitue une riche base de données permettant de comprendre différents aspects de la société du IIIe siècle après J-C, avec des réminiscences de l’époque classique qui jouaient encore un rôle important, sinon dans la vie réelle, au moins dans les représentations collectives de l’époque impériale.

Rapporteur : A. Zouganeli

Compte rendu de la séance 1

La première séance du séminaire a donc eu lieu le jeudi 29 janvier, sur le thème Littérature et société. En voici le compte rendu :

 

1.Introduction

Suite à l’absence d’Eugénie Herbreteau, seule Nathalie Assan est intervenue le jeudi 29 janvier sur le thème Littérature et société. Marine Glénisson a introduit la séance en présentant Nathalie Assan, doctorante contractuelle en 2e année de thèse à l’ED1, sous la direction de M. Paul Demont (« Mendiants et mendicité dans la cité grecque archaïque et classique »). La séance du jour avait pour objectif d’étudier de quelle manière la littérature antique reflète, parodie ou critique la société contemporaine.

 

2.Mendicité et production théâtrale à la fin du Ve siècle, par N. ASSAN

2.1.Résumé

Nathalie Assan a proposé une communication claire et complète sur le rôle de la représentation des mendiants dans les comédies d’Aristophane de la fin du Ve siècle. En effet, dans Les Acharniens (425 av. J.-C.), Aristophane parodiait les tragédies d’Euripide qui mettaient en scène des rois mendiants, en montrant Dicéopolis réclamer à Euripide tous les haillons de ses drames. Les guenilles avaient ici une fonction parodique. Mais dans une pièce plus tardive, le Ploutos (représentée pour la première fois en 408, puis de nouveau en 388, sans partie chorale), où il est question des haillons des initiés d’Eleusis, Aristophane confère une autre fonction aux haillons qu’il convient de déterminer. Nathalie Assan a donc démontré que dans cette pièce plus tardive, les haillons semblent permettre à Aristophane de donner un sens socio-politique nouveau à sa comédie, et ainsi de critiquer les restrictions budgétaires en cours dans les concours théâtraux. La dernière partie de son exposé s’est concentrée sur une question précise : ces références aux haillons des Mystères d’Eleusis dans le Ploutos sont-elles une allusion à Œdipe à Colone, tragédie rédigée par Sophocle la même année (408 av. J.-C.) ? Si les théories présentées jusqu’à aujourd’hui, fondées sur l’étude des deux textes, des commentateurs antiques et des scholies, peuvent être séduisantes, il semblerait finalement que ce lien ne paraît pas tout à fait convaincant, les références aux Mystères d’Eleusis dans la tragédie de Sophocle n’étant pas absolument probantes.

2.2.Discussions

Cette riche présentation a soulevé un certain nombre de questions : en premier lieu, celle du crédit à accorder aux scholies, bien plus tardives que les textes commentés, ce qui a amené à l’évocation d’une édition récente des scholies aux comédies d’Aristophane (M. Chantry, 2001) ; des questions d’approfondissement sur le rôle et les attributs du personnage de mendiant dans la tragédie et la comédie grecque et sa présence ou non dans la littérature latine ; la question de la méthodologie employée par Nathalie Assan pour son étude, qui en a profité pour évoquer plus en détail le logiciel PHI-7 (http://epigraphy.packhum.org/inscriptions/), utile pour l’étude du corpus épigraphique grec.

3.Conclusion

La séance s’est donc conclue prématurément à 19h15, sur l’annonce de la prochaine séance du séminaire le jeudi 19 février. L’intervention d’Eugénie Herbreteau sera probablement reportée à ce jour-là.

A aussi été évoquée une réunion concernant l’organisation d’un événement scientifique par Antheia le 11 février à 18h00. Elle aura lieu en salle d’épigraphie à l’UFR de Grec (16 rue de la Sorbonne).

Rapporteur : J. Desiderio

Ce fut un plaisir d’écouter Nathalie Assan lors de cette première séance, nous espérons  vous voir nombreux les prochaines fois ! N’hésitez pas à venir le 11 février si vous souhaitez vous investir dans l’organisation d’un événement scientifique avec nous.

Pour information, les comptes rendus sont disponibles au format PDF sur le site à la page Comptes rendus, ainsi que sur la page Activités du site de l’ED1 « Mondes anciens et médiévaux ».