Actes du colloque Antheia 2016

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication des actes du colloque Jeunes chercheurs Antheia « Le Changement : conceptions et représentations dans l’Antiquité gréco-romaine », dans la revue en ligne Camenulae.
Les actes sont accessibles ici : Camenulae 18

Les éditrices, membres d’Antheia : Nathalie Assan, Fanny Cailleux, Janyce Desiderio, Eugénie Fournel, Marine Glénisson et Valentina Mussa.

Séance 12 : au cœur et aux marges de l’empire romain

La première séance de l’année académique 2016-2017 aura lieu le mercredi 16 novembre, à la Maison de la Recherche de Paris Sorbonne. Deux chercheurs nous présenteront leur sujet d’étude, au cœur et aux marges de l’empire romain…

premiere-seance

Venez nombreux!

Colloque « Le changement » – Programme

Nous avons le plaisir de partager avec vous le programme du colloque Jeunes chercheurs « Le changement : conceptions et représentations dans l’Antiquité gréco-romaine », qui aura lieu les 14 et 15 octobre prochains.

En raison du plan Vigipirate, pensez à vous munir de votre carte d’étudiant  ou d’une pièce d’identité pour accéder au bâtiment. / Please don’t forget to bring an ID to access the building (Vigipirate).

 

affiche-colloque3

 

  • Vendredi 14 octobre (Salle D040) :

9.00 – 9.20 : Ouverture.

SEANCE 1 – président : M. Paul DEMONT (Paris-Sorbonne, président de l’ED1)

1. Dire le changement

9.20 – 9.55 : ANFOSSO Milena (Université Paris-Sorbonne), Du grec au phrygien et du phrygien au grec : changements et mélanges de code dans les inscriptions néo-phrygiennes (Ier – IIIe siècles ap. J-C.).

9.55 – 10.30 : DAMBROSIO Maria Luigia (Università degli Studi di Bari Aldo Moro), The notion of change in the last Cicero’s political reflection: on the need to commutare and servire temporibus.

10.30 – 10.50 : Pause.

2. Changement de représentations et représentations du changement

10.50 – 11.25 : PELLETIER-MICHAUD Lydia (Université Laval), Changer de couleur en grec et en latin (khrôs trepetai, color mutatus) : évolution des sensibilités littéraires face à l’altération du teint.

11.25 – 12.00 : MISZCZYNSKI Damian (Uniwersytet Jagielloński), Transition from religious to ethical attitude towards vegetarianism.

12.00 – 12.35 : DUBOIS Cécile (Université Paris-Sorbonne), Achille à Scyros: un changement de sexe signe d’un changement des temps.

12.35 – 14.15 : Déjeuner.

SEANCE 2 – présidente : Mme Marie-Christine MARCELLESI (Paris-Sorbonne)

3. Les tournants : le changement dans le temps et dans l’espace

14.15 – 14.50 : SCHROPP Jack (Universität Innsbruck), Vom exemplum zum Epochenjahr. Zur Perception des Jahres 133 v. Chr. in Spätrepublik und Kaiserzeit.

14.50 – 15.25 : BARTZOKA Alexandra (Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense), La guerre des Alliés. Un point de rupture vu sous le prisme des textes du milieu du IVe siècle.

15.25 – 15.45 : Pause.

15.45 – 16.20 : VAN WIJK Roy (Universität Fribourg), Balancing the scales: Oropos’ history and its relation to Attica and Boiotia.

16.20 – 16.55 : PAGANONI Eloisa (Università di Padova – Verona – Venezia), Some remarks on the formation of the kingdom of Bithynia.

19.00 : Dîner.

  • Samedi 15 octobre (Salle D035) :

9.00 – 9.15 : Accueil.

SEANCE 3 – présidente : Mme Michèle DUCOS (Paris-Sorbonne)

4. Changement du texte, texte du changement :

9.15 – 9.50 : RUSSOTTI Ambra (Università Alma Mater Studiorum di Bologna), Nunc est (re)scribendum: quando la morte di un tiranno cambia la vita di un poeta.

9.50 – 10.25 : LUCCI Carlamaria (HEP Vaud), Le jeune Nestor dans l’Iliade entre histoire et mémoire.

10.25 – 10.45 : Pause.

5. Le changement au service de l’idéologie

10.45 – 11.20 : KUBLER Anne (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne et Université de Bern), Un changement dans la conscience historique à l’Antiquité tardive ? La question de l’impact du christianisme sur la tradition historique païenne. 

11.20 – 11.55 : GENDRON Juliana (Université Paul-Valéry Montpellier 3), La genèse de l’apothéose impériale : l’émergence d’une institution.

11.55 – 12.30 : GAMACHE Valérie (Université de Montréal), Humilis in imperio : l’humilitas comme vertu impériale dans le De obitu Theodosii d’Ambroise de Milan. 

12.30 – 14.15 : Déjeuner.

SEANCE 4 – président : M. Alain BILLAULT (Paris-Sorbonne)

6. Changement et immutabilité :

14.15 – 14.50 : SIMEONI Francesca (Università di Padova), Au-delà du Changement: l’immuabilité Divine. Le concept de changement et le Dieu immuable dans la pensée de Philon d’Alexandrie.

14.50 – 15.25 : FASCIONE Sara (Università di Napoli Federico II et Université Jean Moulin Lyon 3), Nil natura novat (Sidon. carm. 2, 12): una nuova realtà, tra staticità e cambiamento.

15.25 – 16.00 : AUSTA Luca (Università di Torino), Une question de musique : du Décret de Sparte relatif a Timothée (Boeth. De Instit.Mus. 1, 1) aux μύρμηκος ἀτραποί d’Agathon (Ar. Th. 100).

16.00 – 16.20 : Pause.

7. Changement d’identité

16.20 – 16.55 : PUEBLA MORON José Miguel (Universidad Complutense de Madrid), The creation of new identities in the coinage of Greek Sicily.

16.55 – 17.30 : LEFEBVRE Benoît (Université Paul-Valéry Montpellier 3), De la barbarisation des soldats romains : aspects de propagande et d’idéologie.

17.30 : Clôture.

Pour voir le programme sous format PDF, cliquer ici.

Pour toute information (adresse, salles, etc.), consulter la page colloque, qui sera actualisée régulièrement, ou envoyer un courriel à colloqueantheia2016@gmail.com

 

Séance 9 : la notion de stéréotype

Voici sous format PDF la présentation de Marin Glénisson (février 2016), qui répondait à la question : Peut-on parler d’un « stéréotype » des personnages de philosophes dans la littérature impériale gréco-latine ?

Pour charger le document, cliquer ici.

La dernière séance de l’année aura lieu en mai (calendrier).

Rappel / Reminder : Appel colloque

Nous vous rappelons que la date limite d’envoi de propositions pour le colloque Jeunes chercheurs (14 et 15 octobre 2016) « Le changement : conceptions et représentations dans l’Antiquité gréco-romaine » est le 30 Janvier 2016.

Vous pourrez trouver une description précise ainsi que toutes les informations utiles dans l’onglet colloque.

Les membres de l’association sont à votre disposition et restent ouverts à toutes propositions.

——–

Reminder : The deadline for submissions for our conference is January 30th, 2016.

You may find every details about it on the colloque page.

You can contact us for more information and send your submission at: colloqueantheia2016@gmail.com

Compte rendu de la séance 7

Voici le compte rendu de la séance d’octobre du séminaire, qui portait sur des questions de religion, dans le monde égyptien et dans l’Antiquité romaine.

Intervenants :

  • F. Adroma (Doctorant en Histoire des religions et anthropologie religieuse, 3è année), « Citoyenneté et religion: la question de la caritas patriae »

  • J.-G . Olette-Pelletier (Doctorant en Égyptologie, 4è année) : « Le dieu Min-Horus-nakht : réappropriation d’une image divine au service de la puissance pharaonique ».

1.Introduction

F. CAILLEUX présente le séminaire Antheia fondé en 2010 dont les séances ont repris régulièrement depuis décembre 2014. L’activité de ce séminaire mensuel consiste à réunir des doctorants en cours de thèse dans le domaine de l’Antiquité (histoire, littérature, archéologie, philosophie…). Lors de chaque séance, deux intervenants présentent une communication en lien avec leur sujet de thèse, sur le thème de leur choix. La communication donne lieu à une discussion permettant d’enrichir ou de préciser la présentation. Un compte-rendu est publié sur le site de l’ED I et sur le carnet de recherche du séminaire.

La séance du jour est consacrée à deux interventions : la première, présentée par F. ADROMA, doctorant en Histoire des religions, est intitulée « Païens et chrétiens au début du Ve siècle : les aspects rhétoriques de la correspondance entre Nectarius et Augustin » et la seconde, présentée par J.-G . OLETTE PELLETIER, doctorant en Égyptologie, est intitulée « Le dieu Min-Horus-Nakht : réappropriation d’une image divine au service de la puissance pharaonique ».

1. « Païens et chrétiens au début du Ve siècle : les aspects rhétoriques de la correspondance entre Nectarius de Calama et Saint-Augustin. Epistulae 90-91 ; 103-104 » (408-409 ap. J.-C.)

1.1-Résumé

F. Adroma présente un résumé de sa thèse en préparation : « Caritas patriae : loyalisme politique et foi en Dieu. La correspondance entre Nectarius de Calama et Saint-Augustin. Epistulae 90-91 ; 103-104 (408-409 ap. J.-C.) » Il a entrepris d’analyser la correspondance entre Nectarius, un intellectuelle païen de Calama, dans l’actuelle Algérie, et Saint-Augustin, au début du Ve siècle. Cette correspondance débute lorsque Nectarius de Calama écrit à l’évêque d’Hippone pour demander la grâce de ses concitoyens qui s’étaient violemment révoltés suite à l’interdiction des cultes païens par un édit d’Honorius en 408. Caritas patriae, le titre de la thèse, sont les mots qui ouvrent la première lettre de Nectarius à Augustin. Ils permettent de poser les principaux enjeux de la réflexion : face à un intellectuel païen, imprégné de la mentalité romaine traditionnelle qui lie étroitement religion et devoir civique, Augustin préconise notamment les bonnes mœurs enseignées dans les églises et les écoles, la formation et l’instruction de la jeunesse à la vertu, enfin la conversion au culte du Dieu chrétien comme promesse de salut et de prospérité pour la patrie. L’expression caritas patriae, « l’amour de la patrie », s’en trouve dès lors redéfinie.

Dans la deuxième partie de sa communication, F. Adroma choisit d’analyser plus précisément certaines formules rhétoriques utilisées dans la correspondance entre les deux hommes pour montrer comment elles témoignent d’une prise de distance par rapport aux règles rhétoriques de l’épistolographie classique : les indications de date et de lieu sont supprimées, les formules de souhait (ex : Dei misericordia nobis praestet de tua salute gaudere) sont marquées par un style épiscopal et pastoral, les titres honorifiques que se donnent les correspondants s’apparentent à des métonymies (ex : prudentia tua) ; certains, comme dominus, renferment des connotations propres à la latinité classique (maître, souverain, puis empereur) tout en renvoyant par ailleurs au rang d’évêque Augustin et à sa sainteté. D’autres appellatifs, comme pater et episcopus acquièrent également une nouvelle signification spirituelle, voire politique. Le terme frater en particulier, qui renvoie à la fois à une « parenté d’origine » mais aussi spécifiquement aux relations fondées sur la parenté du genre humain avec Dieu est révélateur de cette double dimension, païenne et chrétienne. F. Adroma souligne que l’on distingue dans certaines de ces appellations un arrière-plan philosophique, en particulier stoïcien. Il affleure par exemple dans la formule de souhait Deus summus custodiat te conseruet, qui renverrait à la thématique stoïcienne du « Dieu créateur-conservateur », de même que frater pourrait renvoyer à la doctrine stoïcienne d’un père commun à tous.

1.2- Discussion

La discussion a porté sur l’héritage classique qui pouvait être celui d’un intellectuel comme Nectarius au Ve siècle ap. J.-C. F. Adroma pense que les termes employés par Nectarius révèlent sans doute possible l’inspiration stoïcienne qui était la sienne. Les recherches qu’il a menées sur la vie de Nectarius, en particulier prosopographiques, permettent de dire que cet intellectuel a été influencé par le stoïcisme. Interrogé sur la question de la nature du patriotisme de Nectarius de Calama par rapport à un romain comme Cicéron attaché à sa « petite patrie », il attire l’attention de l’auditoire sur une évolution du sens de « patrie » dans ce cas qui renvoie plutôt à un ensemble plus large, à une grande patrie « universelle ». Enfin, il précise que la notion de frater n’est utilisée par Nectarius et Augustin que pour se désigner l’un l’autre, ce qui rend d’autant plus importante l’analyse de son sens exact. La présence d’égyptologues dans la salle permet un parallèle intéressant avec les pratiques épistolaires coptes.

2. « Le dieu Min-Horus-nakht : réappropriation d’une image divine au service de la puissance pharaonique »

2.1-Résumé

J.-G. OLETTE-PELLETIER présente le dieu Min, l’une des plus anciennes divinités du panthéon égyptien, vénérée dès le IIIè millénaire av. J.-C. Les représentations figurées de ce dieu, à l’image des colosses de Coptos ou gravées sur les reliefs de son temple coptite aux noms de Sésostris Ier ou de Thoumosis III, sont très caractéristiques et aisément reconnaissables. C’est une divinité ithyphallique bien connue pour son lien avec la fertilité et sa dominance sur le Désert oriental égyptien et ses richesses. Min était vénéré principalement à Akhmîm et Coptos, en Moyenne-Égypte, depuis l’époque thinite, mais son importance se voit phagocyter au MoyenEmpire au profit du dieu thébain émergeant Amon-Rê. On retrouve cependant la trace de son culte à Abydos dès le règne de Sésostris Ier où l’on pense qu’il faisait l’objet d’une piété populaire toute particulière. J-G. O-P. analyse ensuite une stèle abydénienne (CGC 20188) sur lequel figure le nom complet du dieu : Mnw-Ḥr-nḫt, « Min-Horus-nakht », « Min-Horus-victorieux » et s’interroge sur l’association entre Min et Horus et sur le signifiant réel de ce théonyme. Sous l’influence du culte d’Osiris, Min-Horus-nakht se présente comme un dieu capable d’honorer son père et de faire perdurer son héritage. Il est également de manière très nette une figure monarchique : sur les stèles votives et funéraires en provenance de la nécropole Moyen Empire d’Abydos, Min-Horus-nakht est toujours mentionné en lien avec « l’élite de l’élite » égyptienne, mais surtout en lien avec la royauté, et ce dès la 13e dynastie. En conséquence, les références à ce dieu ont régulièrement servi à légitimer le pouvoir des différents monarques égyptiens. Ainsi, un reposoir de barque monumental gravé au nom de Sobekhotep Ier (Leyde C13) fait référence à une filiation entre le roi et Min-Horus-nakht. Cette tendance s’affirme de plus en plus au cours de la Deuxième Période intermédiaire, période où la multiplicité des dynastes engendre un besoin croissant de légitimité. Cette assimilation quasi-systématique de Min-Horus-nakht à la figure royale conduit à se demander si le dieu ne présentait pas une fonction monarchique, davantage que simplement liée au domaine de la fertilité. Pour répondre à cette question, l’exemple des graffiti de l’île de Konosso présentent la figure royale sous l’apparence du dieu Min recevant les regalia (fouet et couronne) de la part des dieux de la cataracte. Un hymne à Min-Horus-nakht (Stèle CGC 20089) énonce encore le rôle et les actions de ce dieu, actions strictement parallèles à celles du roi. Enfin, sur une stèle royale abydénienne, Min-Horus-nakht porte l’épiclèse de « Suivant d’Horus », très ancienne expression qui servait à désigner les rois ancestraux, divins et humains, qui dominaient l’Égypte des premiers temps.

2.2-Discussion

La première question porte sur l’archaïsme des formules employées dans l’hymne à Min-Horus-nakht, présenté dans la dernière partie de la communication. Interrogé, J.-G. O.-P. répond que l’emploi de formes grammaticales archaïsantes est un phénomène omniprésent dans la religion égyptienne. Elles conféraient une valeur particulière au texte et une forme de légitimité par son ancienneté. Concernant l’association « Min / rois », l’’intervenant précise que la découverte de nouvelles sources archéologiques a permis de renouveler l’approche de la question. Il explique enfin, pour les non-spécialistes, que l’on appelle « démotisation » de la religion égyptienne un phénomène qui a conduit à rendre accessible les rituels funéraires au moins à une grande partie de la population. Les conséquences de cette évolution des mentalités sur les cultes sont néanmoins difficiles à déterminer. Interrogé sur le reposoir de barque au nom de Sobekhotep Ier sur lequel il a appuyé une partie de sa présentation, il précise que l’objet était gravé sur son pourtour, ce qui permettait de l’utiliser lors des processions divines sans masquer les inscriptions.

Rapporteur : F. Cailleux